Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Insolite

Nicolas Bedos présente ses excuses après son message polémique anti-masques (vidéo)

27 octobre 2020 à 16h22 Par A.L.
Nicolas Bedos avait provoqué l'indignation il y a quelques semaines.
Crédit photo : © Quotidien

Invité sur le plateau de l'émission "Quotidien" ce lundi soir, l'acteur et réalisateur Nicolas Bedos est revenu sur la publication controversée d'un message publié sur les réseaux sociaux il y a plusieurs semaines, concernant les mesures prises face au Covid-19. Explications.

"Un texte de chagrin, de colère", "un cri du coeur". C'est par ces mots que Nicolas Bedos est revenu sur la polémique créée il y a quelques semaines après qu'il ait diffusé un message sur les réseaux sociaux appelant les Français à arrêter de porter des masques et à stopper les gestes barrières."Bon, allez, soyons francs : Arrêtez tout. TOUT. Les masques. Les confinements. Excepté face à vos parents très fragiles (quand ils le souhaitent, ce qui n’était pas le cas de mon père, meurtri à mort d’être privé de notre amour (...) En ce monde de pisse-froid, de tweets mélodramatiques et de donneurs de leçons, ce texte sera couvert d’affronts mais peu m’importe : mes aînés vous le diront : vivons à fond, embrassons nous, crevons, ayons de la fièvre, toussons, récupérons, la vie est une parenthèse trop courte pour se goûter à reculons", avait-il en effet lâché, provoquant un véritable tollé.

"C'est une petite mort ce qu'on nous inflige en ce moment !"

Aujourd'hui, l'homme de 41 ans semble faire son mea culpa. "C’est un texte excessif et irresponsable et je l’ai écrit dans la colère", a-t-il lancé à Yann Barthes ce lundi 26 octobre sur le plateau de Quotidien. "Mais ça pose la question de la responsabilité d’un artiste. Est-ce qu’un artiste a vocation de tenir des propos responsables ? Je ne crois pas. Quand j’achète un livre, je n’achète pas un guide de conduite", s’est-il justifié.

"Peut-être que c’est maladroit, peut-être que j’ai eu tort (...) Mais quand je sors dans la rue, il y a des gens qui ont compris parce qu’ils suivent mon compte Instagram (…) Ils savent dans quelle période de ma vie je me trouve, ils savent que je n’ai pas pu accompagner mes proches, que mon père est en partie parti à cause du confinement et de sa solitude imposée. Ils savent que c’est un cri du cœur", a-t-il continué. "Je comprends d'ailleurs que mon texte les ait choqué. (...) Mais il y a une autre vérité, la vérité des poètes, des philosophes, des artistes. C'est une petite mort ce qu'on nous inflige en ce moment ! Et si tout d'un coup il n'y a pas un connard dans mon genre pour l'écrire, et bah à ce moment-là on est une armée et on dit la même chose et on fait de la pub pour les mesures d'État. Je veux bien, c'est ce n'est pas mon travail", a-t-il scandé. Voilà qui a le mérite d'être clair !