Info locale

Soupçon d’empoisonnement dans une crèche de Neuilly-sur-Marne

27 juillet 2018 à 09h19 Par Mikaël Livret
Crédit photo : PxHere

Une femme de ménage de l’hôpital psychiatrique de Ville-Évrard aurait tenté d’empoisonner 2 nourrissons en introduisant des somnifères dans leurs biberons.

Psychose. Une femme de ménage de 53 ans a été mise en examen jeudi pour tentative d’empoisonnement. L’employée de l’hôpital psychiatrique de Ville-Évrard, à Neuilly-sur-Marne (Seine-Saint-Denis), aurait glissé des somnifères dans les biberons de deux nourrissons, âgés de 16 et 9 mois, pendant qu’ils étaient gardés à la crèche de l’établissement, réservée aux enfants du personnel.

Les faits remontent au mois de juin. Le 5, les puéricultrices remarquent que l’un des nourrissons de 16 mois, sous leur garde, à un comportement inhabituel. Il marche en titubant et a du mal à garder les yeux ouverts. Conduit à l’hôpital Necker, les analyses révèlent la présence dans le sang de benzodiazépines. Cette molécule, on l’a retrouve notamment dans les somnifères et les anxiolytiques prescrits pour les adultes. Le petit garçon s’en sort sans séquelle. Le 19 juin, nouvelle alerte. Un bébé de 9 mois présente des symptômes similaires après un repas.

Une prescription de calmants

La suspicion s’installe et les parents ont ordre de ne plus pénétrer à l’intérieur de l’établissement. Les enquêteurs interrogent les trente-six agents de la crèche mais aussi les parents pour tenter de faire la lumière sur cette affaire. C’est finalement le profil d’une femme de ménage, employée en CDD depuis quelques mois, qui les interpelle. En 2012, déjà à Neuilly-sur-Marne, elle avait menacé la retraitée qui l’employait avec un tournebroche et l’avait blessé avec un tesson de bouteille. Ces faits seront d’ailleurs jugés en octobre prochain.

Ce qui a convaincu les enquêteurs de sa culpabilité, c’est une prescription de calmants à base de benzodiazépines entre le 5 et le 19 juin. En garde à vue, cette mère de famille, n’a pas reconnu les faits.