La SNCF en retard sur l’accessibilité des trains en Ile-de-France

DR
08 septembre 2017
Par Mikaël Livret
La SNCF annonce le report de la mise en accessibilité de six gares du RER D. Une dizaine d’autres gares franciliennes pourraient connaître le même sort. Une manifestation d’élus et d’associations aura lieu ce vendredi soir à Savigny le Temple (Seine-et-Marne).

C’est un fait : les gares en Ile-de-France et notamment celle de banlieue ne sont pas toujours aux normes d’accessibilités handicapés. Des difficultés que rencontrent évidemment les personnes en fauteuil roulant mais aussi celles promenant une poussette ou chargées avec de grosses valises. Ce vendredi après-midi, de nombreux élus et des associations manifesteront d’ailleurs devant la gare de Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne), qui avec Le Mée, Cesson, Goussainville, Survilliers et Franconville, fait partie de ces gares dont les travaux, qui auraient du débuter cet été, n’interviendront au mieux qu’en 2021.

Pour le cas de la gare de Savigny, le problème est d’autant plus que c’est dans cette commune qu’est implantée la Maison départementale des personnes handicapées, qui ne se trouve qu’à 400 mètres de la gare. Mais ces retards devraient à priori toucher beaucoup plus de gares. Ainsi, dix à douze gares supplémentaires pourraient s’ajouter à cette liste. SNCF Réseau, qui doit faire des économies sur son budget de plusieurs dizaines de millions d’euros en 2018 et 2019, envisage très sérieusement de reporter la mise en accessibilité de dix à douze gares, sur les 32 en Ile-de-France qu’elle prévoit de mettre aux normes dans les prochaines années.

SNCF Réseau Ile-de-France ne dément pas ces nouveaux retards, mais relativise en ne parlant «que» de six gares «car nous manquons d’effectifs». Elle dément vouloir lever le pied sur d’autres chantiers qui permettraient aux personnes à mobilité réduite, quatre personnes sur dix en Ile-de-France, d’enfin profiter des transports en commun.

Un premier agenda d’accessibilité est largement resté inachevé

Pourtant, en matière d’accessibilité, la SNCF accuse déjà un sérieux retard... Un premier agenda d’accessibilité, adopté en 2009, est ainsi largement resté inachevé. Il a été relancé l’an dernier et ambitionne de rendre accessible 266 gares franciliennes (dont 59 RATP) d’ici à 2024 pour un montant de 1,4 milliard d’euros.

Mais entre la construction du Grand Paris Express, la régénération d’un réseau à bout de souffle, la mise aux normes des gares ne semble pas être la priorité. Le conseil d’administration d’Ile de France Mobilités (ex Stif), présidé par Valérie Pécresse (LR), a adopté à l’unanimité mardi un voeu demandant à «reprogrammer ces travaux le plus tôt possible ».