La région pourrait dédommager les usagers du RER

https://commons.wikimedia.org - Pass Navigo
03 novembre 2017
Par Mikaël Livret
La présidente de la région Île-de-France, Valérie Pécresse, demande des comptes à la SNCF et la RATP après les divers incidents importants ayant perturbé le trafic. Elle réfléchit à un dédommagement pour le préjudice subi.

Elle a décidé de hausser le ton. La présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, a décidé d’agir, après les graves perturbations qui ont récemment parasité le trafic sur les RER A et B. Elle entend trouver les responsables et va demander un dédommagement des usagers du RER A qui ont été touchés par la coupure du trafic de trois jours.

Valérie Pécresse se dit prête à envisager un dédommagement pour le préjudice subi par les voyageurs et demandera aux opérateurs de transport d'y participer. La patronne d'Île-de-France Mobilités, autorité organisatrice des transports de la région crois aussi que « les usagers ne doivent pas être pénalisés, être en galère, sans avoir un dédommagement".

Lors d'une réunion annuelle prévue le 15 novembre prochain, elle recevra la SNCF, SNCF Réseau et la RATP pour leur demander des comptes après la fuite exceptionnelle provoquée sur un chantier à Porte Maillot. Valérie Pécresse justifie sa démarche par le fait que les usagers du RER A ont eu un service interrompu pendant trois jours entre Auber et la Défense. La faute à une erreur de forage sur un chantier a proximité ce qui a provoqué l’inondation des voies. Un mélange de boue et de sable qu’il a fallu pomper avant de colmater la fuite et remettre en état les voies.

Pas encore de modalités

La présidente de région met aussi en avant deux autres incidents "graves" sur le RER B : une avarie de transformateur au Nord de la ligne (à Drancy, en Seine-Saint-Denis) qui a limité le trafic et la coupure de la ligne pour des travaux pendant 5 jours dans le Sud de la capitale (entre Laplace et Bourg-la-Reine).

Cela fait trop pour les usagers. Voilà pourquoi Valérie Pécresse veut cette fois déterminer les responsabilités de chacun. Pas de montant précis pour le moment ni de modalité sur les conditions de dédommagement, mais une volonté d'être ferme pour que les usagers ne soient pas lésés après ces perturbations qui ont touchées des centaines de milliers de voyageurs pendant les vacances de la Toussaint, qui n’ont décidément pas été de tout repos dans les transports franciliens.