Info locale

La guerre des bandes sévit en Ile-de-France

03 octobre 2018 à 10h11 Par Mikaël Livret
Crédit photo : Commons wikimedia

45 groupes structurés seraient identifiés en Ile-de-France, dont 29 rien que pour la Petit-Couronne, selon des chiffres du ministère de l’intérieur. Si le phénomène serait en léger recul, les fait divers liés à des batailles rangées et ultra violentes se multiplient depuis la rentrée dans la région.

Rivalités inter-quartiers. Les statistiques ne collent pas avec l’actualité du moment en région parisienne. Si l’on croit les données de la préfecture de police de Paris, les violences rattachées aux bandes ont baissé de 30 % dans la capitale et de 19 % sur l’ensemble de la petite couronne entre 2016 et 2017. 90 bandes structurées seraient ainsi actives en France métropolitaine. Parmi elles, 16 se trouvent à Paris et 29 en petite couronne. «Les chiffres ont tendance à diminuer depuis 2012», assure le ministère de l’Intérieur.

Il suffit pourtant de regarder ces dernières semaines pour être perplexe. Des affrontements répétés entre deux bandes rivales dans l’enceinte d’un lycée de Saint-Denis, la bataille rangée à Mantes-la-Ville (Yvelines) le week-end dernier à coup de barre de fer, de clubs de golf et de sabre, ou encore mercredi dernier à Garges-lès-Gonesse (Val-d’Oise), ce un jeune homme de 17 ans grièvement blessé au visage par des individus armés de béquilles et de boules de pétanque !

Des bandes presque toujours liées à un quartier sensible qui s’articulent bien souvent autour du trafic de drogue et du contrôle d’un territoire. «Il n’y a pas de chefs précis même s’il y a des leaders dans les bandes, les membres entrent et sortent sans « pacte d’allégeance», selon le ministère de l’intérieur. Pour lutter contre ce phénomène et éviter que cela n’empire, les autorités comptent beaucoup sur le déploiement des quartiers de reconquêtes républicaines, mesure phare de la police de sécurité du quotidien (PSQ). À Garges-lès-Gonesse (Val-d’Oise), par exemple, ce sont 15 nouveaux policiers qui sont attendus dans les semaines à venir. Un nouveau plan « Stup » devrait aussi être présenté d’ici la fin de l’année.