La gare d’Ermont-Eaubonne respire enfin

Commons wikimedia
07 décembre 2017
Par Mikaël Livret
Après un mois de grève des agents de nettoyage, la gare d’Ermont-Eaubonne (Val-d’Oise) ressemblait plus à un champ de bataille, qu’à un lieu de passage. La police est intervenue pour déloger les grévistes et a permis à la SNCF de nettoyer les lieux.

Tout n’est pas rose, mais il y a du mieux. Même si des traces subsistent au sol, la gare d’Ermont-Eaubonne respire un peu mieux. En effet, après un mois de piquet de grève des nettoyeurs, la police nationale est intervenue mardi soir vers 23 heures pour que la gare puisse être nettoyée.

Après l’intervention des forces de l’ordre, la SNCF a pu procéder au ramassage et au balayage des détritus dans et autour des poubelles. Les grévistes ont, par la suite, enlevé les sacs des poubelles. Ce mercredi, le maire (LR) d’Ermont, Hugues Portelli, a pris un arrêté pour faire nettoyer de nouveau la gare ce vendredi matin par les agents municipaux, au cas où la grève se poursuivrait au-delà de l’assemblée générale prévue ce jeudi matin.

Depuis le 2 novembre, les employés de l’entreprise chargée du nettoyage de gares SNCF de la région Paris-Nord sont en grève pour demander la revalorisation de leur contrat de travail. Le conflit touche encore la gare de Garges-Sarcelles.