Info locale

Condamnation dix ans après la mort d’un enfant dans un hôpital parisien

14 juin 2018 à 09h25 Par Mikaël Livret
Crédit photo : Commons wikimedia

Une erreur de produit a été à l’origine du drame cette veille de Noël 2008. Une cadre de santé et le pharmacien de l’hôpital Saint-Vincent-de-Paul (14e arr) ont été condamné pour négligence.

Pas de suivie. Ce 24 décembre 2008, le petit Ilyès, 3 ans, est admis pour une angine. Une maladie somme toute bégnine au 21e siècle mais le petit garçon est déshydraté. Les équipes de l’hôpital Saint-Vincent-de-Paul, dans le 14e arrondissement de Paris, décident de lui injecter une solution de réhydratation « B46 ».

Persuadée que c’est la bonne poche, l’infirmière avouera ensuite qu’elle n’a pas vérifier le produit qu’elle contenait. Il s’agissait en fait de chlorure de magnésium. Ce qui a été inévitablement fatale au garçonnet. Le problème est que ce produit n’aurait jamais dû se trouver là. Il a été acheminé par erreur dans le service de pédiatrie. Les différents rapports ont depuis montré des défaillances dans le recensement des produits dans ce service et dans l’organisation.

La cour d’appel de Paris a confirmé mercredi la condamnation des deux responsables hospitaliers pour homicide involontaire. Une cadre de santé a été condamnée à un an de prison avec sursis et le pharmacien de l’hôpital à six mois avec sursis. Lors du premier procès, une infirmière avait aussi été condamnée à un an avec sursis, et l'Assistance publique hôpitaux de Paris (AP-HP) à 150.000 euros d’amende, mais n’avaient pas fait appel.