Car jacking : deux jeunes femmes de 18 ans arrêtées en Essonne

DR
13 octobre 2017
Par Mikaël Livret
Deux jeunes femmes de 18 ans arrêtés à Arpajon (Essonne) pour vol de voiture. À l’aide d’un couteau et d’une arme de poing elles sont suspectées d’avoir volé quatre voitures entre le 6 et le 10 octobre dans le département.

C’est le profil qui interpelle dans cette enquête. Si ce genre de faits est malheureusement monnaie courante en Ile-de-France, le profil des personnes interpellées, a lui, de quoi surprendre. Ce mercredi, deux jeunes filles ont été arrêtées à leur domicile d’Arpajon (Essonne). Deux jeunes hommes habitants les Hauts-de-Seine sont également impliqués.

Les deux garçons, dont l’un est âgé de 18 ans et l’autre vient de fête ses 16 ans, sont accusés de s’être servis de voitures qu’ils savaient avoir été volées. Les filles, elles, tout juste majeures, se voient reprochés des faits de car jacking, commis dans plusieurs communes de l’Essonne, au cours des jours précédents.

En tout, ce sont quatre voitures qui ont été volées à leurs propriétaires, dans le département de l’Essonne entre le 4 et le 10 octobre. Sous la menace d’un couteau et d’une arme de poing, elles ont pu mettre la main sur une Twingo à Saint-Germain-lès-Arpajon, le 4 octobre, à 00h50. Une Peugeot 307, une demi-heure plus tard, à Arpajon. Puis une troisième, quelques heures plus tard, à Brétigny-sur-Orge. Et enfin une quatrième, à Villiers-sur-Orge, ce mardi, à 7h30.

Elles se filmaient dans les voitures volées

L’arrestation de l’un des deux jeunes hommes, au volant de cette dernière, quelques heures plus tard, et la découverte des armes utilisées par les filles dans le vide-poches, permettra de remonter jusqu’aux autres membres de la bande. D’autant qu’ils avaient déjà été identifiés grâce aux caméras de vidéosurveillance qui les avaient filmés sortant de l’un des véhicules volés à Montrouge (Hauts-de-Seine).

Elles ne comprenaient pas pourquoi leurs victimes ne se défendaient pas

En garde-à-vue, les deux jeune femmes ont expliqué aux policiers qu’elles ne comprenaient pas pourquoi leurs victimes ne se défendaient pas davantage. Des vidéos d’elles roulant à toute vitesse et grillant tous les feux rouges au volant des voitures volées ont par ailleurs été découvertes dans leurs téléphones. Les quatre jeunes ont été déférés au tribunal d’Evry, ce jeudi. Le juge d’instruction a été saisi.