Info locale

3.000 policiers aux trousses de Redoine Faïd en Ile-de-France

02 juillet 2018 à 11h19 Par Mikaël Livret
Crédit photo : Commons wikimedia

24 heures après son évasion spectaculaire de la prison de Réau (Seine-et-Marne), le braqueur le plus recherché de France reste introuvable.

Digne d’un film d’action. Dimanche matin, la prison de Réau (Seine-et-Marne) a été le théâtre d’une évasion spectaculaire. Le braqueur récidiviste Redoine Faïd s’est fait la belle avec l’aide de trois complices. La ministre de la justice, Nicole Belloubet, a demandé une enquête administrative et n’exclut pas que des erreurs aient pu être commises dans la sécurité de l’établissement de Réau.

Vers 11h15 ce dimanche, un hélicoptère se pose dans la cour d’honneur de la prison moderne, et encore modèle il y a quelques années. À l’intérieur le pilote pris en otage quelques minutes auparavant dans un aérodrome près de Lagny-sur-Marne (Seine-et-Marne) et trois complices lourdement armés.

Cette cour d’honneur est le seul endroit qui n’était pas équipé de filins anti-hélicoptère. Redoine Faïd est alors au parloir avec son frère Brahim. Deux des trois complices armés de kalachnikov ouvrent les grilles d’accès à la disqueuse et neutralisent les caméras avec des fumigènes. Le troisième complice est resté dans l’hélicoptère pour tenir en respect le pilote. En 10 minutes, l’affaire est dans le sac selon un surveillant de la prison. Un détenu a filmé la scène.

L’hélicoptère repart avec les quatre malfaiteurs à bord, direction le nord de la région parisienne. Il se pose à Gonesse (Val-d’Oise) avant d’être incendié le long de la D370. Le pilote-instructeur est abandonné sur place, sain et sauf.

Le braqueur au casier judicaire fourni n’en est pas à son coup d’essai

Une voiture attend les fuyards sur place. La cavale se poursuit sur l’A1 au volant d’une Renault Mégane noire. Elle a été retrouvée brulée à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Selon le Parisien, le groupe a ensuite changé de véhicule. Des images de vidéosurveillance, du centre commercial O’Parinor d’Aulnay-sous-Bois, montre Redoine Faïd prenant la fuite avec une camionnette de société.

Le braqueur au casier judicaire fourni n’en est pas à son coup d’essai. En 2013, Redoine Faïd s’était déjà évadé de la maison d'arrêt de Lille-Sequedin. Il avait pris 4 surveillants en otage et fait sauté à l’explosif cinq portes pour s’enfuir. Après six semaines de cavales, il avait été interpellé en pleine nuit dans un hôtel de Pontault-Combault (Seine-et-Marne).

À Réau, il purgeait une peine de 25 ans de réclusion pour un braquage raté à Villiers-sur-Marne (Val-de-Marne) en 2010 qui avait couté la vie à Aurélie Fouquet, une jeune policière municipale.